Rechercher
  • Geneviève

Prendre soin de soi et oisiveté



Lors d’une discussion très intéressante avec des professionnels de l’insertion, un des intervenants s’est exprimé en disant que « prendre soin de soi n’est jamais bien vu au sein du monde du travail car l’oisiveté est considérée, depuis toujours, comme une activité incompatible avec le labeur ».


J’ai entendu cette remarque et elle ne m’a pas fait sursauter au moment même. En revanche, dans l’après-midi, cette réflexion a pris tout son sens : « le bien-être est assimilé à de l’oisiveté ! » me suis-je exclamée!

Et là, j’ai pris conscience que je m’étais mal expliquée ! Il se peut même que le livre et les ateliers organisés dans le parc Josaphat participent de manière générale à cette méprise.


Quel cadeau je recevais en comprenant le manque de clarté avec lequel je m’étais exprimée !


Dans ma vision des choses, prendre soin de soi, durant sa recherche d’emploi ou dans sa vie en général, n’est pas une activité mise à part des autres.

En effet :

* Je prends soin de moi en étant consciente de mes pensées, de mes ressentis, de mes émotions et de mes intuitions, ici dans l’instant présent, par rapport à ce que je vis (à ce qui se passe à l’extérieur de moi).


* Je prends soin de moi en étant « présente » à ce qui est, ici et maintenant, c’est à-dire quand je suis dans l’énergie de l’attention : attention à ce qui se passe en moi et ce qui se passe à l’extérieur de moi.


* Je prends soin de moi en me réveillant à la Vie (cette attention à ce qui est) et non en avançant comme un somnambule…


Bien sûr, pour transmettre cette façon d’être présent à soi et au monde, il y a l’espace-temps d’un livre ou l’espace-temps d’un Atelier.

Pour des raisons pédagogiques, le livre et les Ateliers sont comme des sortes de parenthèses, des moments où le lecteur et le participant à l’Atelier « s’extraient » de leur vie courante pour lire et vivre les expériences proposées.


Cependant, prendre soin de soi, débute réellement après la lecture et après les Ateliers, au moment où chacun met en pratique dans sa vie de tous les jours les enseignements ou les pépites de sagesse qui ont résonnés en lui.


Je prends un exemple pour mieux expliquer ma pensée. Si je ne me sens pas bien, je vais prendre rendez-vous chez mon médecin et aller à sa consultation. Mais ce ne sont pas ces démarches qui suffisent à me soigner même si elles ont un effet bénéfique sur mon moral, lequel participe grandement au processus de guérison.

Non !

Retrouver un mieux-être, un nouvel équilibre de ma santé va découler de ma façon de mettre en pratique dans la vie de tous les jours les conseils donnés par mon médecin.

Le livre et les Ateliers que je propose ont comme seul but de réapprendre ce que nous faisions naturellement en étant enfant à savoir être dans le mouvement de la vie, respirer, ressentir, éprouver, observer et exprimer ce qui est présent sans tout de suite mettre dans les cases « bon » et « mauvais », « juste » et « injuste » … les cases de notre mémoire, les cases de nos expériences passées…


Et je trouve très important de cibler cette période de transition entre un emploi et un autre car beaucoup de personnes se sentent « en dehors de la vrai vie », dans une sorte de no man’s land coupé du reste du monde….et c’est parce qu’elles le vivent ainsi qu’elles ne s’autorisent plus à vivre chaque seconde qui s’égrène, à respirer pleinement l’air autour d’elles et à marcher consciemment sur cette Terre qui est toujours leur Maison, leur lieu de Vie !!


Merci à cette intervention judicieuse qui me permet de préciser ce qui me semble être le plus important ! Prendre soin de moi est de ma seule responsabilité : personne ne pourra respirer à ma place, personne d’autre que moi pourra observer, ressentir et agir en fonction de ce qui se passe en moi….


Donc, dans ma vie de tous les jours, au travail, en famille, dans le cadre de mes activités de recherche d’emploi ou lors de mes loisirs, bienvenue à la conscience qui me permet d’être « présent », d’être un « cadeau » pour moi !


Et pour finir, je reprendrai la citation de Krishnamurti qui se trouve à la page 19 de mon livre :

« Si l’on devient lucidement attentif, on dispose d’une extraordinaire énergie. Cette énergie de l’attention, c’est la liberté ! »


Belle journée !

12 vues

L'Homme Funambule asbl

  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram

© 2019 par Geneviève Collet. Créé avec Wix.com